La Bretagne, Lignol et sa région

La Bretagne, Lignol et sa région

La Bretagne si belle, si chaleureuse, ses paysages magnifiques et sauvages, cette splendeur avec sa mer et ses terres intérieures qui vous invitent au voyage.


lime

Historique des crêpes et des galettes

En Bretagne, c'est en toute circonstance que l'on sert les crêpes et les galettes. Cuites sur le Billig, cette plaque chauffante de 40 cm de diamètre, elles sont ensuite étalées avec le Rozell puis retournées avec la palkenn.

La galette se confectionne avec de la farine de blé noir. Elle doit être souple et mince. La crêpe au froment, est faite au lait et aux œufs, elle est sucrée et on la parfume parfois au rhum ou à l'eau de vie.

La galette est toujours au sarrasin et les crêpes sont toujours au froment. Ces deux traditions n'ont rien de spécifiquement breton à l'origine, et se retrouve dans de nombreuses autres régions de France. En effet, on consommait des galettes un peu partout en Europe, et elles pouvaient se faire avec de nombreuses céréales ; une galette n'étant entre autre que de la bouillie étalée en fine couche et desséchée. Avant l'installation de la panification, on en faisait une large consommation.

Hum, une bonne crêpe

Dans l'antiquité c'était le flan ou la galette qui étaient de consommation courante, et non pas le pain et le plus souvent quand il est question de pain à cette époque, c'est de galettes qu'il s'agit. On trouve la première recette de crêpes en France vers 1390 dans "Manager de paris". L'auteur de cet ouvrage, explique comment faire des "crêpes" avec de la farine de froment, des œufs, des eaux, du sel et du vin.

Ces crêpes sont cuites dans un mélange de saindoux et de beurre, et saupoudrées de sucre avant d'être servies. On ne pouvait pas faire de galettes de sarrasin à la même époque, car ce plant est arrivé en Europe que vers le 15éme siècle, et ne pénétrèrent en Bretagne que le siècle suivant.

Un texte gaulois mentionne déjà l'habitude de manger des morceaux de crêpe le jour du mardi gras. A la fin du 18éme siècle le dictionnaire universel décrit les crêpes comme "une espèce de pâtisserie, forte connue dans quelques provinces de l'Ouest". De nos jours les crêpes et les galettes sont connues bien au-delà des quatre départements de la Bretagne actuelle.

En 1872 la consommation des crêpes diminue tous les jours, et si on en consommait autrefois en l'absence de pain, aujourd'hui on en confectionne que par réjouissance.

Les crêperies, "restaurants spécialisés" dans la confection de crêpes et galettes, existent seulement depuis le début de ce siècle. En 1965 Quimper fut nommée capitale de la crêpe par une journaliste de renom. Les crêperies voient leur nombre de crêpes augmenter d'année en année.

Depuis, l'essor du tourisme aidant, la crêperie n'a eu de cesse que de pousser un peu partout et bien au-delà des frontières bretonnes, jusqu'à l'industrie produisant plusieurs milliers de crêpes à l'heure que l'on retrouve emballées dans les rayons des supermarchés.

Autrefois on posait une plaque de fonte ronde sur un trépied directement dans l'âtre de la cheminée. C'était les premiers "Billig". Plus tard le Billig a été posé sur un réchaud à gaz, et maintenant, la cuisson se fait surtout à l'électricité. On utilise toujours le Rozell, genre de petit râteau sans dents qui sert à étaler la pâte uniformément sur le Billig.

Origine de la chandeleur

40 jours après Noël, c'est la fête de la chandeleur. Son sens religieux est quelque peu oublié : Tous les an, l'Eglise rappelle aux fidèles le jour où la Vierge Marie a présenté Jésus au Temple. Autrefois, les fidèles défilaient, une chandelle bénie par le prête à la main. Les cierges étaient ensuite soigneusement conservés dans les armoires pour conjurer la maladie ou pour empêcher la foudre de tomber.

Le Billig et le Rozell

pour conjurer la maladie ou pour empêcher la foudre de tomber. On a pris l'habitude de manger des crêpes à la Chandeleur. D'où vient cette tradition ?
La procession avec des chandelles allumées s'est substituée aux anciennes lupercales romaines où l'on s'assemblait avec des torches et mangeait une galette de céréales en l'honneur de Proserpine pour obtenir d'elle la fertilité de la terre.
La tradition voulait ainsi que l'on mange des crêpes pour s'assurer une bonne récolte. L'origine de la tradition des crêpes est de nos jours oubliée, reste le 2 février la fête conviviale où l'on fait sauter les crêpes dans la poêle pour les retourner avant de les déguster avec un bol de cidre.